Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Réunion du collectif

Nous nous rencontrons chaque mercredi à 20h30,

salle de la crèche à Poussan (à coté de la mairie)

 

Venez vous informer

Venez débattre

Venez participer à cette lutte  

 

 

 

 

Collectif NON à hinterland

Adresse postale :

chez Biocoop. Av de la Barrière.

34540. Balaruc le vieux

 

Mail :

non-hinterland@orange.fr

 

  LOGOenvoi

 

Pour l'inscription à la Newletter, veuillez cocher uniquement "notifications de publication d'articles"

 

13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 18:22

   img014 Hérault du Jour

le jeudi 12 décembre 2013

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 13:23

Le Collectif NON à hinterland

Le 18-11-13

 

Le peuple s’est assis à la place des élus

 

Inimaginable ! Quelle mouche l’a piqué ?

 

Le scénario est bouleversé : d’habitude, le peuple ne se manifeste qu’à dates fixes, au moment des élections. C’est le seul geste participatif qu’on lui demande. Entre temps, il doit se taire et faire confiance à ces élus qui pensent et travaillent pour lui.
Ou plutôt décident pour lui. Et c’est normal, non ? Puisque le peuple leur a délégué son pouvoir.
Mais aujourd’hui, la coupe est pleine. Les élus restent sourds aux arguments rationnels des opposants au projet "hinterland" à Poussan. Après deux ans de lutte et de réflexion, il apparaît clairement que ce pseudo- projet de base logistique n’est qu’un leurre pour permettre à la Région de s’approprier les terres agricoles des Condamines et de la Plaine.
Pour mettre fin à cette mascarade, il n’y a qu’une solution : l’abrogation de la ZAD et, dans un premier temps, la qualification de cette zone comme espace naturel à protéger dans le SCOT.
Les élus doivent aller au bout de leur démarche et rendre enfin ce SCOT cohérent avec son objectif de protection des terres agricoles, d’arrêt à l’artificialisation des sols.
C’est le sens de la démarche du collectif qui s’est invité ce mardi 12 Novembre au SMBT : aider les élus à prendre enfin une décision en accord avec leurs déclarations d’intention.
Mais les élus ne sont pas habitués à ce qu’on dérange leurs habitudes : voir des citoyens assis autour de la table des délibérations, cela les heurte. Il vaut mieux lever la séance sans plus d’explications.
Que nous révèle cette attitude ?
Tout d’abord, mais on le savait déjà, que les élus ne sont pas enclins à céder leur place et qu’ils aiment bien se retrouver entre eux sans présence extérieure.
Ensuite, mais on le savait aussi, qu’ils ne sont pas prêts à céder la parole aux citoyens, tout au plus dans des débats très codifiés dont ils fixent eux-mêmes les règles.
Enfin et ce n’est guère une surprise, qu’ils se retranchent derrière les règles établies : le public n’a pas à prendre la parole lors de ces séances délibératives, même pas en préambule de la séance.
On ne peut modifier les règles. Le seul ennui c’est que ce sont les élus qui fixent les règles : les citoyens n’ont qu’à s’y conformer. Une société dans laquelle on se retranche derrière le formalisme est une société bloquée, sans élan, sans projet.
Au SMBT, des citoyens ont voulu bousculer les habitudes pour interpeller les élus.
Inimaginable, non ?
Tellement irréel que d’aucuns ont cru qu’ils étaient manipulés par des politiciens. Désolés de vous décevoir, mais les citoyens n’ont pas besoin que les élus leur dictent leur conduite.
A Poussan, c’est le Collectif, lui seul, qui fixe ses règles.

 

PS : ce communiqué a été adressé à chaque délégué syndical du SMBT

 

Collectif NON à « hinterland » C/o Biocoop Avenue de la Barrière 34540 Balaruc-le-Vieux
Courriel : nonhinterland@nonhinterland.org

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 13:00

réunion agglo

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 16:31

parlement de la mer

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 08:31

Collectif NON à hinterland

Adresse postale :

chez Biocoop. Av de la Barrière.                                                       Monsieur ADGE, Maire de POUSSAN,

34540. Balaruc le vieux

04 67 78 48 40                                      Mesdames, messieurs, les Adjoints et Conseillers municipaux,

non-hinterland@orange.fr

 

Lettre ouverte

 

                                                     Mesdames, messieurs,

 

Lors du conseil municipal du 21 décembre 2009, vous avez donné un avis favorable et solliciter l’accord du Préfet de Région pour créer une Zone d’Aménagement Différé à POUSSAN aux lieudits « les Condamines » et « La Plaine ». Sans consultation de la population, vous avez accédé au projet de la Région Languedoc-Roussillon, porté actuellement par Monsieur Christian BOURQUIN, de créer une plate-forme logistique d’arrière-port de Sète sur des terres agricoles que vous jugez vous-mêmes « de bonne qualité, qui assurent souvent les plus forts rendements et qui contribuent fortement pour les viticulteurs présents sur le site à l’équilibre de leur exploitation » (Analyse et préconisations du conseil municipal en date du 2 décembre 2009).

Des citoyens ont souhaité obtenir des informations plus précises et comprendre les motivations  d’un tel projet. Ils se sont constitués en un collectif, « NON-HINTERLAND », afin de mettre en commun les renseignements qu’ils pourraient obtenir sur une question qui concerne, par son impact, non seulement POUSSAN mais également les localités avoisinantes voire certaines activités comme la conchyliculture de l’étang de Thau  ou l’environnement sur des secteurs jugés sensibles et classés au plan faunistique et floristique.    

Nos demandes de renseignements ou de documents sont toujours restées sans réponse que ce soit à votre niveau ou à celui du Président de Région. Vous avez organisé une réunion d’information publique, le 10 février 2012, avec comme précision préalable qu’aucune question orale ne serait acceptée. Quel contraste avec vos déclarations en réunion publique du 3 juin 2005 : « En tant qu’élus nous avons des responsabilités, celle de vous rendre compte des actions que nous engageons….La démocratie est l’affaire de tous… Encore faut-il que chaque citoyen puisse accéder à une information claire  et précise… »

Nous avons interrogé la Commission d’accès aux Documents Administratifs qui  a confirmé notre droit d’obtenir communication des documents qui avaient  été pris en considération par le Préfet pour classer la zone en Zone d’Aménagement Différé.

Après 5 mois de démarches infructueuses pour obtenir ces documents auxquels nous avons droit, nous avons pensé qu’il ne restait plus que la solution d’intenter un recours au tribunal administratif. Avant d’entreprendre cette démarche, nous avons cependant estimé qu’il était souhaitable, dans l’intérêt de la ville, de tenter d’ultimes démarches.

 Le 6 Avril 2012, des membres du collectif se sont rendus à la mairie pour rencontrer le maire. Celui-ci s’est engagé à remettre les documents demandés sous quelques jours. Le 20 Avril, n’ayant encore rien reçu avons décidé de nous rendre à la mairie pour les obtenir. Le  Maire s’est engagé à nous fournir les documents demandés.

Les membres du collectif se sont retirés pacifiquement de ce lieu public après concertation entre eux. Cependant, sur intervention d’un adjoint,  appel avait été fait à la force publique, qui avait envoyé un escadron de gendarmes bien avant l’horaire de fermeture de la Mairie.

Ce petit jeu n’avait que trop duré… Le  9 Mai une nouvelle délégation s’est rendue en mairie après l’envoi de documents partiels. Le Maire était absent et aucun responsable n’a pris la peine d’accéder à nos demandes.

La seule réponse fut l’intervention d’un escadron de gendarmerie qui fit évacuer les lieux et qui prit soin de consigner l’identité des personnes présentes.  

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Une plainte a été déposée par la Mairie et les personnes présentes dans la mairie ont été convoquées  à la gendarmerie de Mèze pour enquête.

A POUSSAN, les citoyens qui veulent s’intéresser à la vie de la commune sont t’ils considérés comme des terroristes mettant en péril la sécurité du territoire ? Qui sont les véritables responsables de cet état de fait ? Des citoyens qui ne réclament qu’un droit prévu par le législateur ou des élus qui bafouent celui-ci et qui parlent  cependant d’une « démocratie affaire de tous» ?

Nous ne laisserons pas sacrifier 105 hectares de terres agricoles pour un « projet de projet » qui ne repose sur aucune réalité économique. Vous devez méditer sur l’exemple de notre voisin l’Espagne avec ses milliers d’hectares de terres agricoles bétonnées pour la construction d’aéroports déserts, de projets pharaoniques portés par les régions, qui ont creusé la dette et plongé le pays dans le chaos. Les emplois promis se sont évanouis et le chômage a empiré. 

Nous ne laisserons pas détruire un patrimoine naturel qui a fait l’objet d’un attention particulière dans le Schéma de Cohérence Territoriale de Thau et qui s’inscrit dans le Schéma de Cohérence Ecologique prévu dans le cadre du Grenelle de l’Environnement.

Nos élus doivent mettre leurs actes en conformité avec leur discours. La démocratie commence par appliquer les lois et ne s’exerce pas seulement en se parant d’une légitimité acquise par des élections pour les contourner. Quant à nous, la légitimité , nous la tenons de l’accueil favorable exprimé lors des nombreuses réunions publiques que nous avons organisées, ouvertes à l’expression de tous, et tenues à Poussan, Mèze, Frontignan, Bouzigues, Loupian, Balaruc-le-Vieux, Sète  ainsi que des 3000 signatures recueillies à ce jour soutenant notre action. Les citoyens ont aussi leur mot à dire sur un problème qui les concerne directement.

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs les adjoints et les conseillers municipaux, bien qu’indignés par votre attitude, nous vous saluons.

Le collectif NON à hinterland

 

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 15:04

midi-libre-plainte.jpg

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 14:07

hérault du jour hinterland 22-12-11

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 11:31

 

 NON à hinterland : la mobilisation continue

 

 

Notre collectif « NON à hinterland » renouvelle fermement son opposition à ce projet à Poussan qui est, depuis l’origine, un déni démocratique, une aberration environnementale, un leurre économique et sur l’emploi.

 

Le 7 octobre 2011, nous avons été reçus en délégation par M. Navarro, 1er vice-président du conseil régional Languedoc-Roussillon et porteur du projet hinterland.

Nous lui avons exprimé la volonté du collectif de confronter nos arguments respectifs uniquement lors d’une réunion publique dans les délais les plus brefs. M. Navarro en a accepté le principe.

 

Pour l’heure, nous continuons la mobilisation. Et nous appelons  l’ensemble de la population du Bassin de Thau à un rassemblement le samedi 15 octobre à 11 h à Poussan devant les halles pour une déambulation et un apéritif musical.

 

 

Contact :

 

04 67 78 48 40

non-hinterland@orange.fr

http://collectifnonhinterland.over-blog.com/

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 10:10

Hérault Hinterland de Poussan : les opposants poussent

MARC CAILLAUD

02/09/2011, 06 h 00

 

 

hinterland terres concernées 

 En cette rentrée 2011, le ciel est plutôt maussade au-dessus du port de Sète. Et, par ricochet, de l’hôtel de Région. Après le coup dur qu’entraîne la défection d’Agrexco , voilà que l’EPR-Sud de France et le conseil régional doivent se coltiner une opposition de plus en plus pressante au futur hinterland de Poussan. Rappelons que la Région, à qui la commune a accordé un droit de préemption, compte transformer 105 hectares de plaine agricole, situés de part et d’autre du péage de l’A9, en base arrière du port. C’est-à-dire en plateforme logistique et de stockage pour l’import-export. À la clé : 1 600 emplois promis par l’exécutif régional.

"Non, décidément non, le projet hinterland ne passe pas et ne passera pas !", clame le collectif qui s’est formé au printemps dernier. Et qui vient d’adresser une lettre ouverte à Christian Bourquin pour lui rappeler tout le mal qu’il pense de ce projet : "Un déni de démocratie, une aberration environnementale et un leurre au niveau économique et de l’emploi". Au chapitre des menaces environnementales avancées, déjà bien fourni (risques de pollution de l’étang de Thau et des nappes phréatiques, nuisances liées au trafic routier, imperméabilisation des sols, inondations, etc), les opposants brandissent de nouvelles craintes : "Nous redoutons fortement que l’on y transfère l’incinérateur de Sète, devenu trop petit, les usines classées Seveso gênantes pour le maire de Sète et toutes les activités pouvant nuire au cachet touristique" de l’île Singulière.

 Si le collectif y va aussi fort, c’est qu’il se sent pousser des ailes. Sa pétition a recueilli plus de 2 300 signatures. La commune de Balaruc-le-Vieux a voté une motion contre le projet. La Chambre d’agriculture de l’Hérault, qui se plaint de ne pas avoir été informée, a émis des réserves auprès de la préfecture. Et du côté des professionnels de l’étang comme des viticulteurs, on ne peut pas dire non plus que l’hinterland soit accueilli avec des cris de joie…

 

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 16:32

article hérault du jour 26-06-11     article-herault-du-jour--2--26-06-11.jpg

Repost 0
Published by collectifnonhinterland - dans communiqués et articles de presse
commenter cet article